Le vêtement de base s’appelle keikogi.

Les zories ou sandales japonaises permettent de se déplacer jusqu’au tatami dans un soucis d’hygiène et de sécurité.


L’aïkidoka possède dans sa panoplie 3 armes.
Le bokken est un sabre japonais en bois reprenant la taille, la forme et la sensation à l’utilisation du katana.
Le jô ou bâton moyen est une arme traditionnelle japonaise en bois d’une longueur de 1,28 mètre. Il remplace la lance traditionnelle, beaucoup plus longue et difficile à manier. L’Aïki-jô développe chez le pratiquant, le sens de la réalité des attaques et des techniques, et enseigne la tactique en combat.
Le tanto est un couteau en bois. L’emploi du tanto en Aïkido permet comme celui du bokken et du jô de renforcer le travail du Ma-ai (la distance) et du De-ai (l’opportunité d’attaque).

Le hakama, un pantalon large plissé muni d’un dosseret rigide et dont les sept plis (cinq devant et deux derrière) représentent les sept vertus que doit posséder le samouraï [ jin (bienveillance, générosité), gi (honneur, justice), rei (courtoisie, étiquette), chi (sagesse, intelligence), shin (sincérité), chu (loyauté) et koh (piété) ]. Il était traditionnellement porté par les nobles du Japon et notamment les samouraïs. Il ne peut être porté sur le tatami que lorsque l’élève a atteint un niveau technique lui permettant de gérer la gêne qu’occasionne le port du hakama. Il est devenu de fait un signe d’investissement personnel dans la discipline et de niveau technique, bien que cela ne soit pas son sens originel.